Les Peulons d'Auxerre (89) : de la nécessité de préserver, promouvoir et conserver le patrimoine traditionnel de nos régions.

Publié le par J2M Com

Plus n'est besoin, en terres de Bourgogne, de présenter les Peulons d'Auxerre, groupe folklorique auxerrois qui, depuis des décennies, se fait l'ambassadeur du patrimoine traditionnel (patrimoine chanté, dansé et parlé) des régions Bourgogne et Morvan, bien au delà des frontières régionales et nationales. Et pourtant ! Aujourd'hui plus qu'hier, ce patrimoine traditionnel est en voie de disparition si, pour demain, la relève n'est pas assurée !

 

Un constat qui se veut aussi un signal d'alarme pour ces ambassadeurs qui depuis ces dernières années ont entrepris un travail énorme de collecte, d'archivage, de numérisation, etc. pour retrouver, restaurer parfois, enrichir et promouvoir le patrimoine vernaculaire de la région Bourgogne-Morvan.

 

Alarmant en effet car comme toute association, le groupe Les Peulons d'Auxerre ne vit que par et grâce à la bonne volonté de tous ses membres bénévoles qui, certes se produisent sur scène mais qui, au-delà, oeuvrent dans l'ombre (représentation au sein de structures et organes régionaux et nationaux ; prospection permanente afin de toujours mieux se faire connaître et continuer ainsi à se produire ; recherche de partenaires, etc. mais aussi apprentissage - danses, musique, etc. -, entretien et collecte - costumes, documentations, accessoires, outils, etc. -, répétition ou bien encore production de CD audio, etc. et enfin, enrichissement d'un fond "documentaire" lié aux traditions populaires de la région - tradition vigneronnes, traditions rurales, traditions marines - n'oublions pas en effet que la région a eu très tôt une activité économique liée au commerce maritime fluvial, etc. -) afin de préserver, enrichir et promouvoir notre patrimoine régional. Patrimoine régional qui, comme c'est le cas dans bon nombre de régions de France, se transmet majoritairement par l'oral.

 

Certes, la région Bourgogne peut se féliciter aujourd'hui d'avoir une structure telle que la Maison du Patrimoine Oral à Anost (71), mais est-ce pour autant suffisant ? Suffisant sans doute pour tout ce qui relève du référencement, de la préservation, de l'archivage, etc. Nous ne pouvons que nous féliciter qu'une telle structure ait enfin pu voir le jour et assure désormais ce rôle de musée ou de conservatoire. Mais qu'en adviendra-t-il si demain, ce patrimoine enfin "protégé" n'est plus diffusé, transmis, montré ? N'y a-t-il pas risque de voir nos chères vielles, diatoniques, biaudes, layottes mais aussi bourrées et autres polkas relégués au rang d'Antiquités ? Peut-on un jour envisager que la bourguignonne ou bien encore que le ban bourguignon ne soient plus qu'une vague idée, un vague souvenir d'aïeuls dans la mémoire collective ?

 

Affiche-2011-Web-300.jpgPour rester "vivant", notre patrimoine se doit donc de vivre au-delà des musées. Intemporel, ce patrimoine n'est lié à aucun phénomène de mode. Il n'est donc ni ringard, ni tendance. Simplement inscrit dans notre histoire, celle d'hier et d'aujourd'hui, c'est à nous de faire en sorte qu'il soit encore inscrit dans notre histoire de demain.

 

Faire que ce patrimoine reste vivant, c'est une des missions que se sont donnés les Peulons d'Auxerre et ce, depuis de nombreuses années et qu'ils continuent avec toujours autant de plaisir et d'enthousiasme à mener à l'image de ce Bal Folk annuel qui aurai lieu à Vaux (89) le dimanche 25 octobre prochain en compagnie de la Chalande, autre porte-parole du patrimoine musical de la région.

 

Cependant, faire que ce patrimoine reste vivant nécessite une force vive qui se renouvelle avec de nouveaux ambassadeurs qui souhaitent à leur tour devenir les "transmetteurs" de demain ! A ce niveau, force est de constater que le bouche à oreille n'est plus suffisant et qu'il devient urgent de sensibiliser plus largement les Auxerrois, les Icaunais, les Bourguignons, les Morvandiaux et, plus largement, tous les français amoureux de leurs régions (qu'elles soient de naissance, de coeur, de résidence ou d'adoption), de cet état de fait vis à vis de nos traditions.

 

Au-delà de ce prochain rendez-vous festif, les Peulons d'Auxerre souhaitent donc lancer un appel à tous ceux qui, musiciens, chanteurs, danseurs ou même néophytes, souhaiteraient les rejoindre où ne serait-ce se renseigner... Lancer un appel mais aussi se faire plus largement connaître et ainsi poursuivre leur mission, accompagnés de nouveaux ambassadeurs grâce auxquels on pourra encore demain entendre résonner de loin "je suis fier d'être Bourguignon".

 

En savoir plus sur les Peulons d'Auxerre : cliquez ici.


Publié dans Actualités...

Commenter cet article